lundi 21 mai 2018

Il y a un temps où ce n'est plus le jour, et ce n'est pas encore la nuit. Ce n'est qu'à cette heure-là que l'on peut commencer à regarder les choses, ou sa vie : c'est qu'il nous faut un peu d'obscur pour bien voir, étant nous-mêmes composés de clair et d'ombre.    Christian Bobin

Bonne journée !

Lire notre mot du jour  ►   et regarder notre vidéo du jour ►

1 commentaire:

  1. Myriam de Terwangne21 mai 2018 à 07:18


    Merci à Christian Bobin pour cet appel à la relecture de notre vie !

    En écho , quelques pépites à souligner dans ce texte de Rabindranath Tagore .

    Excellent Lundi de Pentecôte !

    "C'est à l'artiste de proclamer sa foi dans le Oui éternel, de dire:"Je crois en un idéal qui plane sur toute la terre, qui la pénètre toute entière... en un idéal de Paradis qui n'est pas le produit de l'imagination, mais l'ultime réalité où toutes choses résident et se meuvent. Je crois que cette vision du paradis s'aperçoit dans la lumière du soleil, dans la verdure de la terre, dans la beauté de la figure humaine, dans l'illumination de la vie humaine, et même dans des objets en apparence insignifiants et sans attraits. Partout sur cette terre, l'esprit du Paradis veille et fait entendre sa voix. Il atteint notre oreille intérieure sans que nous le sachions, il donne le ton à notre harpe de vie, dont la musique envoie notre aspiration au-delà du fini, non seulement en prières et en espérances, mais en temples qui sont des flammes de pierre, en peintures qui sont des rêves immortalisés, en danse qui est méditation extatique au centre immobile du mouvement."

    Rabindranath Tagore (Extrait de "Le sens de l'art" )

    RépondreSupprimer

Les commentaires de ce blog font l'objet d'une modération et sont publiés après vérification de leur contenu.