dimanche 13 mai 2018

Prendre du temps pour la contemplation silencieuse n'est pas un temps de fuite des activités, ni un culte de la solitude: c'est un lieu de passage, de naissance, de tendresse.  Tony Ritter, Silence, un chemin de communion.

Bonne journée !

Lire notre mot du jour  ►   et regarder notre vidéo du jour ►

1 commentaire:

  1. Myriam de Terwangne13 mai 2018 à 07:05


    Merci pour cette magnifique citation !
    " Se taire à l' écoute " , écrit Colette Nys - Mazure !
    Et si on suivait les pas du silence à travers les mots
    et poèmes de quelques auteurs :

    Très belle journée !

    LUCE GUILBAUD

    Je jouais
    Je jouais à grimper à l'arc-en-ciel
    comme à l'échelle
    Sur le jaune
    j'ai cueilli des boutons d'or
    Sur l'orange
    j'ai des clémentines
    Sur le rouge
    des framboises et des cerises
    Plus haut, j'ai respiré les violettes
    Dans le bleu
    j'ai coupé une fenêtre de ciel
    pour voir l'indigo
    Et je suis tombé par la fenêtre
    sur l'herbe verte.
    Luce Guilbaud 

    RABINDRANATH TAGORE
    "Aujourd'hui un oiseau m'a montré le chemin
    M'a conduit hors de la forêt
    jusqu'aux rives de l'océan de joie.
    Tout à coup, j'ai vu le soleil
    Tout à coup, j'ai vu les chansons.
    Tout à coup, j'ai surpris le parfum des fleurs.
    Tout à coup, mon âme s'est ouverte." 
    - La joie , Rabindranath Tagore -


    Un extrait de poème de Jean Lavoué :
    Que chacun trouve en lui l’hôtellerie du vent,
    Le moulin des prières, l’auberge de la paix ;
    Il suffit pas à pas de dégager la route,
    D’émonder chaque jour les sarments de la vie :
    Jean Lavoué ( 2016 ) -

    COLETTE NYS- MASURE :

    Se taire à l’écoute
    .
    pour qu’un poème respire
    il lui faut le silence
    silence liminaire
    des lentes germinations souterraines
    lorsque jaillissent les mots
    dans l’éclat des enfantements
    .
    .
    silence
    .
    quand la voix se repose
    et que le texte n’en finit pas de résonner
    dans nos solitudes visitées
    .
    —————————————–
    Colette Nys-Mazure (1939) – Se taire à l’écoute in Feux dans la nuit, © Luc Pire et Les Cahiers du Sens, n°19
    .


    RépondreSupprimer

Les commentaires de ce blog font l'objet d'une modération et sont publiés après vérification de leur contenu.