dimanche 3 juin 2018

S’aguerrir et s’endurcir sont deux choses différentes... Je crois que je m’aguerris chaque jour, mais je ne m’endurcirai probablement jamais.  Etty Hillesum

Bonne journée !

Lire notre mot du jour  ►   et regarder notre vidéo du jour ►


1 commentaire:

  1. Myriam de Terwangne3 juin 2018 à 07:02

    Quelle force d' âme que possède Etty Hillesum ( 1914- 1943 ) ! Quelques mots sur sa vie , puis un texte de Philippe Jacottet , et une réflexion sur la poésie par André Velter:

    Excellent Dimanche !

    ETTY HILLESUM

    Esther « Etty » Hillesum, née le 15 janvier 1914 à Middelbourg, en Zélande, aux Pays-Bas et morte le 30 novembre 1943 au camp de concentration d’Auschwitzen Pologne, est une jeune femme juive et une mystique connue pour avoir, pendant la Seconde Guerre mondiale, tenu son journal intime (1941-1942) et écrit des lettres (1942-1943) depuis le camp de transit de Westerbork.

    PHILIPPE JACOTTET -
    Philippe Jacottet s' identifie à la montagne :

    « Cette montagne a son double dans mon cœur.
    Je m’adosse à son ombre,
    je recueille dans mes mains son silence
    afin qu’il gagne en moi et hors de moi,
    qu’il s’étende, qu’il apaise et purifie.
    Me voici vêtu d’elle comme d’un manteau.
    Mais plus puissante, dirait-on, que les montagnes
    et toute lame blanche sortie de leur forge,
    la frêle clef du sourire. »
    (Ph. Jaccottet, Pensées sous les nuages, 1983,
    dans Œuvres complètes, Pléiade, Gallimard, p. 730)

    ANDRE VELTER
    « La poésie est-elle un baume, un viatique, une offrande ? A-t-elle pouvoir d’apaiser les plaies du monde, d’exalter les jours, d’éveiller la joie? La poésie est-elle reflet de la grâce, parole en résonance avec les harmonies passées ? Est-elle ce qui renaît d’écho en écho, effaçant les âges, passant de voix en voix, de souffle en souffle, comme le chant d’une âme universelle affranchie de toute fin ? »
    - André Velter -
    André Velter, Orphée Studio : Poésie d’aujourd’hui à voix haute,
    Paris, Gallimard, coll. « Poésie », 1999, rééd. 2002, p. 172.

    RépondreSupprimer

Les commentaires de ce blog font l'objet d'une modération et sont publiés après vérification de leur contenu.