mercredi 8 août 2018

Ô Christ, mon seul matin c'est une joie qui se répand de proche en proche et flambe dans mon sang et fonde mon été.  Gilles Baudry

Bonne journée !

Lire notre mot du jour  ►   et regarder notre vidéo du jour ►


1 commentaire:

  1. Myriam de Terwangne8 août 2018 à 07:32

    Merci à Gilles Baudry ! Aujourd' hui , quelques extraits choisis de la pensée et des joies spirituelles de ADRIENNE VON SPEYR, rassemblées notamment par Urs Von Balthasar .

    Retenez l' extrait qui vous touche !

    Excellente journée !

    ADRIENNE VON SPEYR

    Prier, c’est converser avec le Seigneur, avec Dieu Trinité et son amour, c’est laisser couler en soi sa lumière, se laisser ouvrir à sa grâce, ne plus vouloir être que ce qu’il attend de nous. Peu importe la forme de cette prière: prière vocale ou prière contemplative, prière avec des mots connus empruntés à l’Evangile ou à la liturgie, prière avec des mots qui se présentent à l’instant à notre esprit ou contemplation sans paroles. La prière est aussi un exercice ascétique dans la mesure où nous n’y introduisons pas tout ce qui fait notre vie mais où nous laissons la place à ce qui est au Seigneur et à ce qui l’intéresse159.

    Il est tout à fait légitime de prier à des intentions particulières, aussi bien dans la prière collective que dans la prière individuelle. « Ce droit est celui du prêtre à l’autel, non moins que celui de la simple petite vieille agenouillée près du dernier pilier ». Mais Dieu a aussi des intentions et il est normal qu’il en ait. « On peut faire dire une messe à une intention personnelle, mais on peut aussi la mettre à la disposition du Seigneur, à l’intention de son choix ». Entre Dieu et l’homme existe la possibilité de se faire réciproquement des cadeaux: c’est une œuvre de l’amour. Un chrétien, finalement, pourrait dire à Dieu: « Même si je viens avec mes désirs précis, fais-en ce que tu voudras »160.

    « Jamais l’homme ne dispose de toute la vérité, toujours il en reste une partie auprès de Dieu ». En tout ce que nous faisons et décidons (en toutes nos prières), nous devrions toujours ajouter, au moins mentalement: « A condition que Dieu n’en dispose pas autrement »161.

    ADRIENNE VON SPEYR

    Je n’ai pas à choisir ce qui me convient le mieux, mais ce sur quoi tombe la plus claire lumière de la Trinité. (40)

    ADRIENNE VON SPEYR

    Dieu donne à l’homme non seulement ce qui est nécessaire à sa vie, il lui donne aussi de correspondre mieux chaque jour à la proximité de Dieu51. C’est une grâce pour l’homme de pouvoir faire ce que Dieu désire52, car c’est entrer dans le mystère de sa fécondité. Tout renoncement à soi-même pour consentir à Dieu est fécond. De par nous-mêmes, nous, les créatures, nous ne pouvons être ni vrais, ni vivants, ni féconds. « Seul peut être fécond celui dont la relation à Dieu, à la vie éternelle, est vraie »53.

    RépondreSupprimer

Les commentaires de ce blog font l'objet d'une modération et sont publiés après vérification de leur contenu.